Moi Daniel Blake / Ken Loach / 2016

moi-daniel-blake_carton-dcp_1998x1080.jpg

«Moi Daniel Blake », palme d’or reconnue d’utilité publique

On s’éloigne de plus en plus de mon cœur». Le générique d’ouverture de Moi Daniel Blake se présente sous la forme d’un prologue sur fond noir. En voix off, Daniel, répondant à un questionnaire technique sur son état de santé, s’étonne de cette procédure administrative désincarnée. Il vient de faire un grave arrêt cardiaque. Pas un instant, son interlocutrice ne le prend en considération comme personne. Rien à voir, tout à écouter. Ken Loach, dès les premières secondes, annonce la couleur et renvoie aussi à la conclusion. L’essentiel est dit. Il s’agit bien d’un film noir. Il est urgent d’écouter et de regarder au-delà des apparences. Il est urgent de prendre conscience que notre société «s’éloigne de plus en plus du cœur». L’obscurité pour mieux regarder et dénoncer une société de plus en plus aveugle et ignorante.

Lire la suite

Accident / Joseph Losey/ 1967

18760316Plus que d’un accident de voiture, ce premier Grand Prix du Festival de Cannes évoque, en 1967, l’accident émotionnel, le trouble du désir, les hantises sexuelles derrière les conventions et les apparences d’un milieu élitiste. Un film rare et exigeant qui a marqué la fin des années 60 et dont le scénario est signé par un certain… Harold Pinter.
Lire la suite

Split /M. Night Shyamalan / 2017

Le Mal est « celui qui divise », « celui qui est divisé ». C’est le sens du titre du nouveau film de Shyamalan. Un titre court mais lourd de significations. Un titre qui sonne avec une gravité inattendue dans l’univers du cinéaste indien… Lire la suite

Juste la Fin du Monde / Xavier Dolan / 2016

« Le visage est cette réalité par excellence, où un être ne se présente pas par ses qualités » Levinas

A travers la quête obsesionnelle du regard et du visage de l’autre, Dolan filme comme s’il s’agissait d’une question de vie ou de mort. Juste la Fin du Monde pose la question de la vérité de l’amour : un film poignant et dérangeant qui a été couronné à Cannes par deux prix : le Grand Prix et celui du Jury œcuménique.

Lire la suite

Flore / Jean-Albert Lièvre / 2014

FLORE, LE RECIT D’UN COMBAT CONTRE ALZHEIMER 
Témoignage intime et poignant, ce documentaire ouvre la voie à une large réflexion sur ce que l’on nomme aujourd’hui le «cinquième risque», c’est-à-dire le phénomène de dépendance du 3ème et 4ème âge. Dans le récit d’une renaissance inespérée, on découvre que la terrible maladie d’Alzheimer ne se guérit pas. Mais que l’on peut essayer de vivre avec. Un témoignage rendu possible grâce au cinéma et qui peut ouvrir des pistes de réflexion à tous les aidants et  accompagnateurs…
(Découvrez en fin d’article une interview du réalisateur + un reportage sur un exemple d’accompagnement mené avec la Fondation UTB, fondation abritée par la Fondation de l’Association Les petits frères des Pauvres) Lire la suite

L’Homme de sa vie / Zabou Breitman / 2006

Qu’est-ce qu’aimer ? Le couple est-il la seule réponse à une vie amoureuse authentique ? Des questions somme toute très contemporaines à une époque où nombreux sont ceux qui, arrivés à maturité de leur vie, découvrent qu’ils sont passés à côté de leur existence pour s’être enfermé dans les conventions et les codes dictés la société.
Frédéric et sa femme Frédérique (aussi) vont passer les vacances dans leur grande maison perdue au milieu de la Drôme, avec une bonne partie de leur famille. Un soir, ils invitent à dîner Hugo, leur nouveau voisin, qui affiche avec amusement son homosexualité. Hugo et Frédéric, restés seuls à discuter de l’amour jusqu’à l’aube vont nouer une relation qui va jeter le trouble dans leur cœur mais aussi dans leur entourage… ( à découvrir en fin d’article un extrait du film )

Lire la suite

The Witch / Robert Eggers / 2016

Pour son premier film, le jeune cinéaste américain Robert Eggers  met ses pas dans ceux de Kubrick ou de Bergman et choisit le genre du film d’épouvante pour aborder la question du puritanisme religieux . Prenant pour cadre la Nouvelle-Orléans profonde du 17ème siècle, cette oeuvre rappelle astucieusement comment la religion a pu par le passé et encore aujourd’hui servir de substitut aux psychoses et aux peurs liées à la femme et à la sexualité. Où comment montrer à l’écran que nous sommes toujours prisonniers de certains schémas de pensée totalement régressifs et dérangeants. Un film intéressant et original, remarquable au premier sens du terme. Lire la suite