Asphalte / Samuel Benchetrit / 2015

RICHESSES DES PAUVRETES

Avec un regard libre sur la banlieue, loin des clichés médiatiques, Samuel Benchetrit réalise un film poétique et surréaliste très touchant. Quand le cinéma revisite les notions de pauvreté et de richesse…

Asphalte Affiche

Un immeuble dans une cité. Un ascenseur en panne. Trois rencontres. Six personnages. Sternkowtiz quittera-t-il son fauteuil pour trouver l’amour d’une infirmière de nuit ? Charly, l’ado délaissé, réussira-t-il à faire décrocher un rôle à Jeanne Meyer, actrice des années 80 ? Et qu’arrivera-t-il à John McKenzie, astronaute tombé du ciel et recueilli par Madame Hamida ?

Samuel Benchetrit, qui a vécu la banlieue de l’intérieur, dresse le tableau d’un immeuble dortoir à travers des personnages insolites et des rencontres inattendues. Asphalte réunit deux des nouvelles des Chroniques de l’asphalte que le réalisateur a écrites en 2005 et auxquelles l’histoire d’une actrice (Isabelle Huppert) qui vient s’installer dans cet immeuble désaffecté a été rajoutée. Il explique : « Si je devais résumer le film, je dirais qu’il s’agit de trois histoires de chute. Comment peut-on tomber – du ciel, d’un fauteuil roulant ou de son piédestal – et être récupéré ? Voilà la question qui traverse à chaque instant Asphalte. Car les gens de banlieue peuvent être de très grands « récupérateurs ». Pour y avoir passé ma jeunesse, je peux dire que je n’ai jamais connu de solidarité aussi forte qu’en banlieue. Même si avec le temps, comme partout, la solitude et l’isolement gagnent peu à peu du terrain. »

Asphalte : Photo Isabelle Huppert, Jules Benchetrit © Paradis Films

Le film,  assez économe en paroles, montre un lien invisible entre les gens, fait de silences et de regards. Les personnages sont de vrais solitaires et n’ont a priori aucune raison de parler à d’autres. Que ce soit Sternkowitz depuis la mort de sa mère, Madame Hamida depuis que son fils est en prison ou Jules dont la mère est aux abonnés absents. Tourné avec un budget modeste, Asphalte fait preuve d’une belle maîtrise par la force et l’esthétisme de ses plans, la beauté tranquille de ses images. Des plans séquences laissent la part belle aux acteurs qui sont formidables, notamment Isabelle Huppert et Jules Benchetrit qui forment un binôme étonnant de justesse.

Asphalte : Photo Michael Pitt, Tassadit Mandi © Paradis Films

Plus encore, Asphalte parvient à faire naître la beauté, l’amour et l’irrationnel à partir du sordide de ce cadre urbain gris et désolé. Avec un humour décalé parfois grinçant mais toujours avec un regard tendre sur la vie, le réalisateur donne à son film une puissance poétique profonde. Le spectateur accède à une dimension cinématographique presque contemplative. Au long de ces rencontres de fortune, chaque personnage se dévoile avec pudeur, dans sa vérité et sa quête d’amour : la pauvreté et la richesse ne sont plus là où on le croit. Ici la richesse des personnages se révèle au cœur de leurs pauvretés et de leurs fragilités. Non pas la richesse matérielle mais celle, autrement précieuse, située au cœur de notre intimité qui nous donne le désir de la rencontre et l’humilité d’être sauvé par l’autre. On ressort de ce film avec un sentiment de plénitude très agréable et ce même désir de rencontre. Ce serait dommage de ne pas y goûter…

Retrouvez toutes les infos sur Asphalte sur le site officiel du film

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s