Incendies / Denis Villeneuve / 2011

Incendies, Villeneuve, affiche © DR

Incendies, Villeneuve, affiche © DR

« La mort n’est jamais la fin d’une histoire » 

En faisant le choix d’adapter l’œuvre théâtrale de Wajdi Mouawad, Denis Villeneuve raconte dans Incendies une histoire qui détient la puissance d’une tragédie antique et la force brute d’un documentaire de guerre. Le tout, servi par un art de la narration que l’on ne rencontre pas si souvent que cela au cinéma.

Incendies : photo Denis Villeneuve

Incendies : photo Denis Villeneuve Copyright : © Happiness

Drame antique d’abord puisque le film puise sa profondeur dans la mythologie. On y retrouve effectivement des personnages soumis à des forces qui les dépassent, au cœur d’un destin exceptionnel, perdus dans un brouillage des générations propre aux mythes, comme chez Oedipe par exemple qui veut épouser sa mère. Les jumeaux, personnages principaux joués par Maxim Gaudette et Mélissa Desormeaux-Poulin, se lancent dans une longue quête initiatique afin de démêler le mystère de leur origine. Ils remontent aux sources de leur passé familial, dans un pays en guerre où les destins, comme un sinistre jeu de hasard, s’abattent au gré d’un arbitraire terrifiant. Dès les premières images, Incendies porte en lui une tension dramatique qui ne peut que saisir le spectateur : lenteur des plans, silences, zooms lents et majestueux sur les visages. Villeneuve insuffle à son film un art de la narration proche de la littérature. Sa caméra scrute les traits angoissés des personnages dans la peine; des plans volontairement lents et fixes qui permettent au spectateur de laisser toute sa place au symbolique. Le brio du montage, parsemé de flash-backs et structuré en épisodes par des titres, renforce l’idée d’un voyage intérieur où les personnages évoluent comme dans un labyrinthe.

Le documentaire – un reportage de guerre – représente le second aspect du film. Le réalisateur est issu du monde de la pub et ne peut le cacher longtemps: les images, souvent très pures, sont mûrement réfléchies et travaillées. L’utilisation discrète et habile de la musique, utilisée elle aussi comme ressort dramatique, vient renforcer la description terrifiante de ce pays en guerre, pays du Moyen-Orient jamais nommé mais dont on peut supposer qu’il s’agit du Liban. La partie tournée au Moyen-Orient présente un esthétisme de toute beauté par opposition à la partie québécoise, grise et sale. En témoignent par exemple ces nombreux plans d’’immeubles délabrés, plongés dans la grisaille, décrivant un monde sans espoir. Le film perd en puissance lorsqu’il se rapproche d’un style à la «Reporter sans frontières», au détriment de l’émotion et de l’attachement aux personnages. Il arrive en effet que le récit manque de ce petit supplément d’âme, presque d’humanité pourrait-on dire. Incendies montre une violence barbare au cœur du Moyen-Orient où des personnages ivres de prières et de religion plongent le pays dans le chaos.

L’association à l’écran de ces deux genres, la tragédie et le documentaire, constitue donc la faiblesse du film qui peine à trouver une unité de style et parfois se perd. Cela n’empêche pourtant pas Denis Villeneuve de relever le défi avec une œuvre qui touche à l’’intime. L’origine, la vérité, la mort, la transmission sont les thèmes clefs de cette histoire qui renvoie chacun au cœur de sa propre existence. Incendies évoque l’épreuve du feu. Pas seulement le feu de la guerre, pas seulement celui de notre histoire avec ses passions, celui également de l’au-delà de nos vies où un avenir reste possible. C’est certainement de ce feu là dont parle le notaire, qui, connaissant bien l’histoire de la défunte, rappelle à ses deux enfants héritiers une vérité universelle : « La mort n’est jamais la fin d’une histoire. »

Incendies : photo Denis Villeneuve

Incendies : photo Denis Villeneuve Copyright : © Happiness

https://www.facebook.com/IncendiesLeFilm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s