Le cinéma « Art et Essai » tient bon face au cinéma plus commercial

Le cinéma Louxor de Paris, restauré et réouvert en 2013

Le cinéma Louxor de Paris, restauré et réouvert en 2013 (photographie Luc Boegly)

Le cinéma classé « Art et Essai » connaît aujourd’hui trois enjeux majeurs.

Le premier, à fortiori en temps de crise économique,  est de continuer à exister dans une situation parfois difficile. Comme tous les cinémas art et essai, les structures demeurent fragiles et indépendantes. Aujourd’hui les grands groupes se sont restructurés et regroupés. Or, plus les gros circuits d’exploitation se concentrent plus les réseaux fragiles et davantage créatifs sont en danger.  A Paris par exemple, une salle comme les 7 Parnassiens s’efforce d’animer le plus possible les séances par des concerts en avant programme, des soirées en présence de réalisateurs, des rencontres débats…Ce cinéma est devenu au fil des années un lieu d’expression culturelle, engagé dans la valorisation des films d’auteurs issus de nombreux pays.Le deuxième enjeu est de permettre un accès exclusif au film art et essai. Les exploitants donnent la garantie aux distributeurs que les films seront diffusés, ce qui n’est pas toujours le cas dans les grands complexes. Enfin, les enjeux financiers sont fragiles. Le chiffre d’affaire d’un cinéma provient majoritairement du fond de soutien, par mutualisation (taxe perçue sur chaque billet vendu). Et dans un second temps des subventions qui viennent du CNC, du ministère de la culture.

Cependant, l’«Art et Essai » fait toujours face par rapport au cinéma plus commercial. Une des raisons majeures est que les films proposés sont plus créatifs et plus intéressants. On assiste aujourd’hui à une baisse d’intérêt en France pour le cinéma américain, en panne d’imagination. De plus en plus, des films très commerciaux ne font pas une bonne carrière en salle parce que le public se rend compte qu’il ne s’agit pas de films de bonne qualité artistique. Le public a acquis un bon esprit critique et devient exigeant. Il n’est plus aussi prêt qu’avant à avaler n’importe quoi. Celui que l’on trouve dans les salles art et essai est un public averti qui respecte le cinéma et qui aime un cinéma différent.

Une des magnifiques salles du cinéma Louxor à Paris : la salle Youssef Chahine © Allo Ciné

Le cinéma français et l’exploitation cinématographique dans notre pays restent uniques dans le monde par sa diversité, sa qualité et sa richesse d’expression. Bien sûr, comme le vin, le cinéma connaît de bonnes ou de mauvaises années ! Il suffit qu’il manque deux ou trois locomotives pour que le nombre d’entrées chute légèrement sur un an. Cela dit le cinéma reste un lieu d’expression original et un marché commercial porteur, en pleine santé depuis 2 ans avec des chiffres de fréquentation très hauts et rarement atteints. Pourvu que ça dure !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s