Au coeur du Festival de Cannes depuis 40 ans, un jury pas comme les autres…

Affiche logo Jury oecuménique

Affiche logo Jury oecuménique © Jury Oecuménique


Il est discret mais présent. Peu médiatique, peu habitué aux feux des projecteurs mais porté par des cinéphiles passionnés et prêts à donner leur temps. Lui c’est le prix du jury oecuménique de Cannes. Depuis 1974 ce prix chrétien du cinéma remet « sa palme » à sa façon: un prix parmi les films en compétition officielle, au même titre que le grand jury. Chaque année, ce prix reconnu est attendu par le Festival. Des Chrétiens à Cannes? On aura tout vu ! Retrouvez ici mes chroniques qui vous racontent ce jury peu banal…

 

Il est composé de professionnels du cinéma, de chercheurs, d’universitaires, de journalistes, etc. « La spécificité de ce jury tient, à ce qui nous guide : des valeurs en lien avec les Évangiles comme le respect des droits humains, la dignité, la voix des sans-voix et aussi une certaine dimension spirituelle. Ce que nous voulons, c’est être touchés par des œuvres qui nourrissent notre réflexion sur le monde et nous font nous sentir plus humains. », expliquait M. Guido Convents au journal La Croix il y a un an, lors du 40ème anniversaire du jury. Président du jury 2014, cet historien, anthropologue est aussi collaborateur de Signis.

Mais attention ici pas de bondieuseries, les films qui sont primés depuis 40 ans n’ont à priori pas de liens directs avec la religion ou la foi. Il ne s’agit pas de faire une collection de films pieux ! Mais avant tout de poser un regard sur les films et sur le monde, quels qu’ils soient, avec l’oeil du croyant, le regard de la foi. Ainsi le jury a primé des films aussi variés que « Tout sur ma mère » d’Almodovar, « Paris Texas » de Wenders, « Le Sacrifice » de Tarkovski, « Looking for Eric » de Loach ou « Des Hommes et des Dieux » de Beauvois.

Dernier film primé : « Timbuktu » du réalisateur Abderrahmane Sissako. Ce film raconte la vie et la résistance digne d’hommes et de femmes à Tombouctou qui veulent vivre selon leur culture et leurs traditions, tout en intégrant les moyens modernes de communication. Il dénonce de manière forte mais subtile les horreurs issues d’une vision extrémiste de la religion. Le Jury œcuménique a voulu récompenser ce film d’une très grande beauté formelle, pour son humour et sa retenue. Ce film, tout en critiquant l’intolérance, éclaire l’humanité qui demeure en chaque homme.

Chargé des relations presse de ce jury entre 2007 et 2009, je vous invite à découvrir ci–dessous plusieurs de mes chroniques rédigées lors du festival de Cannes, vu de l’’intérieur. Ces chroniques posent un regard particulier sur le festival, résolument axé sur la vie et l’’au-delà de l’écran, différent des news lues dans les médias officiels. Sans oublier bien sûr ce pour quoi des milliers de personnes sont réunis dans cette petite ville de Cannes pendant 15 jours : la cinématographie et le marché du film, enjeux principaux de ce rendez-vous exceptionnel. Le jury porte justement un regard particulier sur les films en remettant un prix dans la compétition officielle. Plus généralement, il est question du festival en lui-même, qualifié à juste titre de « plus grand festival du monde ». Des films, des gens, des peoples, des marches, des événements, des anonymes, ceux qui oeuvrent dans l’’ombre : …bref toute cette vie hors du commun du cinéma, une vie en ébullition et dans tous ses états… où l’on trouve le pire comme le meilleur !

A lire ici sur le site du jury oecuménique.

A lire également sur le site Cinemapolis 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s