Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre Alain Chabat/2002


Retour sur un film culte du cinéma comique français. Gros moyen et rire franc pour une bonne distraction servie par de très bons acteurs. Ave Chabat !

Film tout public, le nouvel « Astérix » a rempli son contrat bien mieux que la version Claude Zidi (« Astérix et Obélix contre César ») sortie en 1998.

Les principales qualités du film sont liées à la patte d’Alain Chabat. En premier lieu, le film respecte à la lettre la célèbre BD et lui rend hommage avec l’esprit de « celui qui est tombé dedans quand il était petit ». Chose inattendue, les plans renvoient souvent à plus qu’eux-mêmes et nous replongent constamment dans les vignettes de la BD qui a bercé notre enfance. L’esprit bande-dessinée a ainsi été respecté malgré la mise en image, ce que Claude Zidi avait moins réussi à faire parce qu’il avait plus misé sur les effets spéciaux. Ici le film utilise d’une manière discrète les effets visuels et ne veut pas jouer la carte du sensationnel, quitte à garder une certaine naïveté (cf. la scène dans l’obscurité de la pyramide qui utilise au sens propre le style de la bande dessinée). A l’origine du projet, Alain Chabat avait souhaité diviser l’image en plusieurs vignettes comme sur une bande dessinée mais l’idée fut abandonnée car elle n’était pas satisfaisante visuellement.
Autre qualité du même Chabat : la liberté de son humour et de son expression qui rappelle la grande époque des Monty Python ou l’esprit de la série des « Y a–t-il un pilote dans l’avion ? »
Le réalisateur se plaît à replacer tout au long du film des références de la télévision, de la publicité et du cinéma, une culture essentiellement visuelle donc. Savoureux, décapant, anachronique, parfois surréaliste, son humour est très souvent jubilatoire même si on regrette parfois qu’il n’ait pas poussé encore plus loin cette audace humoristique.

Autre atout de ce film : les acteurs. Monica Belluci qui joue Cléopâtre, Jamel Debbouze (Numérobis) enfin burlesque, Edouard Baer en scribe intello et rasoir, et aussi Gérard Darmon qui campe un Amonbofis vraiment irrésistible… Gérard Depardieu et Christian Clavier sont au rendez-vous aux côtés de Claude Rich (Panoramix). Même s’ils arrivent plus tard dans l’intrigue, ils n’en restent pas moins présents et excellents. Sans oublier aussi des seconds rôles réussis comme celui d’Isabelle Nanty qui joue une ouvrière (plus connue sous le personnage de Georgette, la vendeuse de tabac dans « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain »).

Faut-il dire en dire plus et s’étendre sur les défauts -la musique notamment- de cette réalisation qui n’est bien sûr pas un grand film de l’histoire du cinéma ? Cela paraît inutile puisque « Mission Cléopâtre » n’a d’autre souhait que d’être une distraction de qualité (et familiale de surcroît, ce qui n’est déjà pas évident).
On ne s’en lasse pas. Alors… une petit gorgée de potion comique …heu ..magique ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s